mercredi 18 octobre 2017

 

  • La fibre optique arrive bientôt à Pecqueuse

  • Retenez la date du prochain Loto de Pecqueuse

  • LE COURT-VOITURAGE SÉDUIT L’ESSONNE

  • Article de l'ADMC 91 : Une mammographie peut sauver une vie

  • Bientôt la rentrée ! Voici les nouveaux menus de la cantine scolaire

  • Le nouveau « Pass’déchèterie » pour les décheteries du Sitreva

  • Rappel : Elections législatives 2017

  • EN 2017, l'Office de tourisme du Pays de limours vous propose .....

  • Descriptif du contrat de territoire subventionné par le Conseil Départemental de l'Essonne

  • Marchés Publics

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

Sénatoriales en Essonne : la droite et le centre remportent 4 sièges sur 5

 

Retrouvez ci dessous les résultats des sénatoriales et les commentaires des candidats.

 

Sur les 348 sièges de sénateurs, 171 étaient soumis au vote des grands électeurs ce dimanche. Si La République en marche n'a pas réussi sa percée dans la chambre haute du Parlement, la droite, elle, conforte sa position majoritaire.

Les 2541 grands électeurs de l’Essonne se sont prononcés. Ce dimanche, ils ont élu les cinq nouveaux sénateurs du département. Il s’agit de : Vincent Delahaye (UDI) et Jocelyne Guidez (UDI) pour la liste « Libres et indépendants pour l’Essonne », Jean-Raymond Hugonet (SE) et Laure Darcos (LR) pour la liste « Engagés pour l’Essonne », Olivier Léonhardt (ex-PS, a demandé l’investiture En Marche ! sans l’obtenir) pour la liste « L’Essonne qui se bat ! ».

Deux listes qui devraient se placer dans l'opposition face au gouvernement raflent donc 4 sièges sur 5. Seul Olivier Léonhardt devrait soutenir l'action gouvernemental au Sénat.


La droite remporte quatre des cinq sièges essonniens. Deux reviennent à la liste UDI (30,51 %), qui rate le troisième à cinq voix près : sont élus le sortant Vincent Delahaye (UDI), maire de Massy, et Jocelyne Guidez (UDI), maire de Saint-Chéron. Recueillant 10 % de suffrages de moins, la liste LR fait élire Jean-Raymond Hugonet, conseiller régional (DVD), et la vice-présidente du conseil départemental, Laure Darcos (LR), épouse de Xavier, ancien ministre de l’éducation nationale du gouvernement Fillon (2007-2009).

C’est un revers pour la gauche, qui perd deux fauteuils. Seul élu : Olivier Leonhardt (ex-PS), maire de Sainte-Geneviève-des-Bois, à la tête d’une liste divers gauche soutenue par Manuel Valls et privée de l’investiture En Marche. La liste d’union de la gauche menée par le communiste Bernard Vera devance la liste macroniste et celle du PS, menée par Carlos Da Silva, ex-député suppléant de Manuel Valls.

La gauche n’a pas réussi à conserver ses trois postes de sénateurs, sur les cinq attribués à l’Essonne. La droite et le centre en remportent 4, n’en laissant qu’un seul à la majorité gouvernementale.

Les 2 437 grands électeurs ont dû s’armer de patience ce dimanche. Plus d’une heure de queue était annoncée pour élire les cinq nouveaux sénateurs qui vont représenter l’Essonne pour les six prochaines années. Les résultats sont finalement tombés à 17 heures en préfecture. Sur les cinq élus, quatre font partie de la droite et du centre. Seul Olivier Léonhardt (ex PS) devrait soutenir la majorité présidentielle.

La victoire du centre…

Grand favori, Vincent Delahaye, maire (UDI) de Massy et seul sénateur sortant à se représenter confirme les pronostics. Avec 728 voix, sa liste « Libres et indépendants pour l’Essonne » termine largement en tête, décrochant ainsi un second siège pour Jocelyne Guidez, maire (SE) de Saint-Chéron. « C’est une très belle victoire même si nous ratons le 3e siège (NDLR : qui aurait été attribué à Jean-Philippe Dugoin-Clément, maire UDI de Mennecy) de 9 voix », note Vincent Delahaye.

…et de la droite

A droite aussi, on se dit « heureux ». La présence de trois listes dont celle de l’ancienne députée UMP Geneviève Colot (41 voix) et de Caroline Parâtre (130 voix), vice-présidente (LR) du département, n’a pas empêché Jean-Raymond Hugonet (non-encarté), président de l’Union des maires de l’Essonne, d’obtenir deux sièges avec sa liste LR « Engagés pour l’Essonne » (494 voix). Récemment battue aux législatives, Laure Darcos devient la deuxième femme à siéger au Sénat élue en Essonne. « La droite reprend la majorité, se réjouit Jean-Raymond Hugonet. Nous ne serons pas dans une opposition stérile, mais nous ferons tout pour empêcher que le gouvernement obtienne la majorité. »

La gauche loin derrière

En 2011, ils avaient réussi à conserver leurs trois sièges. Six ans plus tard, la donne a bien changé. Olivier Léonhardt, qui avait demandé l’investiture En Marche ! sans l’obtenir, tire son épingle du jeu, avec 59 voix d’avance sur la liste de Bernard Vera (PCF). « Si nous avions mené une liste commune avec les écologistes et le PS, nous aurions eu notre siège, déplore ce dernier. Aujourd’hui, il n’y a plus aucun élu de gauche au parlement. » La liste présentée par le PS et menée par Carlos Da Silva a reçu 182 soutiens et ne remporte aucun siège.

Des perdants satisfaits

La déferlante En Marche ! a été stoppé aux sénatoriales en Essonne. La liste portée par Anne Pelletier-Le Barbier, maire de Bièvres, termine en 5e position (191 voix). « La campagne a été très courte, si nous avions eu l’investiture dès juillet, nous aurions eu une meilleure réussite », assure Pascal Fournier, numéro 2 de la liste. Au Front national (82 voix), on se réjouit. « C’est un excellent score, des élus, notamment du sud du département, ont été séduits par notre programme », se félicite François Hélie, tête de liste.

Copyright leparisien.fr